Economie financière : rationnalité et “esprits animaux”

ECO-IN-E309-S1

S1, 3 ECTS

Guillaume Hannezo

 

Le cours rappelera les principaux développements de la recherche académique en économie financière, qu’ils soient d’origine classique (théorie du risque et de l’utilité espérée, choix de portefeuille, valeur de la firme et cout pondéré du capital, théorie des options) , insistent sur les imperfections et les défaillances de marché ( cycles et bulles spéculatives, aléa moral, strategies de cornérisation, effets d’agence), ou relèvent d’une approche plus comportementaliste (biais cognitifs , effets de dotation et de perspective, réactions aux évènements extremes).

 

Surtout, il les confrontera à des cas et exemples pratiques issus de l’actualité financière des vingt dernières années et/ou de la carrière professionnelle de l’enseignant, analysant des situations concernant des marches financiers spécifiques, des gestionnaires d’actifs, des entreprises cotées, des operations de LBO, ou des financements de venture capital ; cas impliquant des leviers financiers ou opérationnels extremes ;  désajustements actif/passif et phénomènes de “run” ;  retournement de la hiérarchie perçue des rendements et des  risques ;  sur- ou sous-endettement ; innovations de rupture mettant en jeu la valeur terminale des actifs ; phénomènes liés à la part croissante de la gestion passive indicielle ; crises de confiances liées à des complexités structurelles ou comptables ; perturbations spécifiques aux flux de capitaux des pays émergents.

 

L’objectif est d’introduire les élèves à la “biodiversité” inhérente au système capitaliste et de leur faire approcher les trends et les problemes les plus récents : hyper-connectivité des marchés mondialisés, instabilité propre à la concentration de la valeur sur un horizon lointain en période de taux bas, dynamiques financières spécifiques de l’économie des actifs intangibles et digitaux, regulation et gestion actif/passif des acteurs financiers non bancaires (asset management, hedge funds, finance désintermédiée). Ces questions sont de nature à ouvrir des champs de recherche aux futurs chercheurs,  exiger de nouvelles approches  aux régulateurs, et participer à la culture necessaire de ceux qui auront à pratiquer de près ou de loin les questions financières .

 

 

 

Financial economics : rationality vs "animal spirits"

 

 The course will revisit the main developments of academic research in financial economics, whether they derive from neo-classical theory ( risk/return and expected utility theories, portfolio theory, firm value and weighted cost of capital, options theory), or emphasize imperfections and market failures (speculative cycles and bubbles, moral hazard, market cornerization, agency theory), or apply a more behavioral approach (cognitive biases, endowment and perspective effects, reactions to extreme events).

 

Above all, it will confront them with practical case studies borrowed from the financial news of the last twenty years and / or the professional experience of the teacher. We will analyze situations relating to specific financial markets, asset managers, listed companies, LBO transactions, or venture capital financings ; cases involving extreme financial or operational leverage ; asset / liability mismatches and bank "runs" ; crisis periods where the perceived hierarchy of returns and risks is upset ; over- or under-indebtedness situations ; breakthrough innovations annihilating the terminal value of incumbent’s assets ; issues related to the growing share of passive index management ; crises of confidence stemming from structural or accounting complexities ; disturbances relating to hectic capital flows in emerging countries.

 

The aim is to approach inherent "biodiversity" of capitalism and to bring students up to date with latest trends and problems : hyper-connectivity of globalized markets ; instability peculiar to value concentration on terminal assumptions at a time of low interest rates ; specific financial dynamics of intangible assets and digital economy ; regulation and asset / liability management of non-banking financial players (asset management, hedge funds, disintermediated finance). These questions are likely to open up research fields for future researchers, to demand new approaches to regulators, and to build up a general understanding of those who will have to deal with financial issues in their professional lives.