Archives / Actualités

 

Conférences

Avril 2018

 Villes africaines

 

 une urbanisation chargée d’histoire, chargée d’opportunités

 10 Avril 2018 – Campus Jourdan

 Amphithéâtre du Campus Jourdan, 48 bd Jourdan, 75014 Paris.

 programme PDF ici

 

  Ouverture10h30 

 Pourquoi et comment étudier les villes africaines?

 Avec :

 Daniel Cohen, Directeur du département d’économie de l’ENS

 Camille Hémet, Économiste. ENS.

 Jean-Fabien Steck, Géographe. Université Paris-Nanterre.

 Serge Michel, Journaliste. Ancien rédacteur en chef du Monde Afrique.

 

Table Ronde – 11h30  

 Les villes africaines en mutation à travers les siècles

 Avec :

 Catherine Coquery-Vidrovitch, Historienne. Université Paris Diderot Paris VII.

 Hervé Gazel, Géographe. Université Lyon III.

 Lara Tobin, Économiste. Ministère de la cohésion des territoires.

 Animé par : Serge Michel, Journaliste. Ancien rédacteur en chef du Monde Afrique.

 Pause - 13h

 Table Ronde – 14h30 

 L’urbanisation africaine en pleine accélération: une opportunité pour qui?

 Avec :

 Julia Bird, Économiste. Université d’Oxford.

 Irène Salenson, Urbaniste. Agence Française de Développement (AFD).

 Arthur Minsat, Économiste. Chef de l’unité Afrique du Centre de Développement de l’OCDE.

 

Table Ronde – 16h00 

 Scènes urbaines: arts et cultures dans les villes africaines

 Avec :

 Anna Cuomo, Anthropologue. EHESS.

 Pauline Guinard, Géographe. ENS.

 Didier Nativel, Historien. Université Paris Diderot Paris VII. 

 Pause - 17h30

  Projection– 18h00 NAIROBI HALF LIFE 

 Introduit et commenté par :

 Odile Goerg , Historienne. Université Paris Diderot Paris VII. 

 Film Kenyan de David Tosh Gitonga (2012). Durée : 1h36.

 « Il faut avoir du bagout et beaucoup de volonté pour ne pas se faire broyer à Nairobi, surtout lorsqu’on sort de sa cambrousse et que l’on rêve de devenir comédien.... » (Allociné) 

 « Mwas est un jeune homme de la campagne qui rêve de devenir acteur. Il monte à Nairobi, la capitale, à la poursuite de son rêve. Délesté de son argent et ses affaires, il se retrouve sous la coupe d’un chef de gang qui l’entraîne dans des actions criminelles. L’ambition d’être acteur l’habite toujours. » (Africiné)

 Journée organisée par le Départements d’Economie et le Département Géographie et Territoires de l’ENS.

  Programme proposé par Paul Brandily, Justine Knebelmann et Julien Migozzi.

 

 Novembre 2017

Alex Bryson, professeur invité au département d’économie du 16 octobre au 17 novembre.

Alex Bryson est professeur de Quantitative Social Science au département de sciences sociales de l’University College London. Il est associé à l’IZA de Bonn et au National Institute for Economic and Social Research où il était précédemment chef du groupe Emploi. Sociologue de formation, il est devenu un des plus influant économistes du travail européens. Ses nombreuses recherches portent en particulier sur l’évaluation des politiques publiques, les relations professionnelles, et les pratiques de management. Une partie de ses travaux étudie également les politiques éducatives. Il donnera le lundi 6 novembre à 13h à Jourdan, salle R2.01, une conférence sur une thématique d’actualité: "What Unions Do".

 

 Octobre 2017

Table ronde "The political economy effects of low oil prices in theMiddle-East"

 

 

le 30 octobre 2017 à 17h00, amphithéâtre, campus Jourdan : 

 

En savoir plus

 

 

 

Septembre 2017

Conférence pluridisciplinaire "La complexité des systèmes économiques". Cette conférence est organisée par les départements de physique et d’économie de l’ENS. Les 21 et 22 septembre, 48 boulevard Jourdan, 75014 Paris, Amphithéâtre.

 

 21 septembre
09h00 - Alan Kirman (ouverture)
L’économie comme système complexe : la crise économique
est une crise pour la théorie économique
10h00 - Marc Mézard
La rationalité limitée par la nature : quelques leçons
tirées de la physique du désordre
- - - 30 minutes de pause - - -
11h30 - Christopher Chamley
Changements soudains de régime en information incomplète
- - - Déjeuner - - -
14h00 - Jean-Michel Lasry
Complexité, cohérence collective et jeux à champs
moyens
15h00 - Jorge Kurchan
Physics teaches us that more complex than complex
is often simple again – but different
- - - 30 minutes de pause - - -
16h30 - Jean-Pierre Nadal
Modélisation épidémiologique des émeutes de 2005 en
France h mise en évidence de la propagation d’une
vague de violence contagieuse.

22 septembre
09h00 - François Gourio
Macroéconomie des évènements rares
10h00 - Ingela Alger
Evolutionary foundations of pro-social preferences
- - - 30 minutes de pause - - -
11h30 - Francesco Zamponi
Phase transition, ‘dark corners’, and policy experiments
in a simple macroeconomic agent-based model
- - - Déjeuner - - -
14h00 - Antoine Mandel
Formation et évolution des réseaux de production
15h00 - Giulio Biroli
Poised at the edge of stability : the many equilibria
phase of large interacting communities
- - - 30 minutes de pause - - -
16h30 - Isabelle Méjéan
Elements empiriques sur les “granular fluctuations

 

 

Avril 2017

Le revenu universel, entre utopie et pratiques

JEUDI 6 AVRIL 2017

 Cité universitaire, Maison de la Tunisie,

47 boulevard Jourdan, 75014 Paris

Organisé par l’ENS, le CEPREMAP, l’IPP et la Fondation Jean-Jaurès

 

Un revenu universel peut prendre de multiples formes en pratique, avec des impacts potentiellement différents sur les comportements des personnes concernées et les finances publiques. Plusieurs scénarios de mise en œuvre ont été analysés dans le cadre d’une étude en profondeur menée par le CEPREMAP et l’Institut des politiques publiques (IPP) sur les bas revenus en France, utilisant le modèle microsimulation TAXIPP, développé à IPP. Ces travaux, qui ont bénéficié du soutien financier de la Fondation Roger Godino, feront l’occasion d’une première présentation publique. En association avec la Fondation Jean-Jaures, une expérimentation grandeur nature d’un revenu de base est également prévue en Gironde, dont les modalités seront présentées dans ce colloque, qui rassemblera les principaux acteurs du débat. Retour ligne manuel

 14h : Accueil

Daniel Cohen, directeur du département d’économie de l’Ens et du Cepremap

Gilles Finchelstein, directeur général de la Fondation Jean-Jaurès

 

 14h15 : Bas revenus et revenu de base, chiffrage et effets redistributifs

Antoine Bozio, directeur de l’Institut des politiques publiques

Brice Fabre et Sophie Cottet, économistes à l’Institut des politiques publiques

Discutant : Thomas Piketty, professeur à l’Ecole d’économie de Paris et à l’EHESS

 

15h : L’expérimentation en Gironde

Jean-Luc Gleyze, président du Conseil départemental de Gironde

Denise Greslard-Nedelec, vice-présidente chargée de l’insertion

Lucile Romanello, économiste à l’Institut des politiques publiques

 

15h30 : Le revenu universel, utopies et pratiques

Julia Cagé, professeure d’économie à Sciences-Po Paris

Marc de Basquiat, président de l’Association pour l’instauration d’un revenu d’existence (AIRE)

Jean-Éric Hyafil, Mouvement français pour un revenu de base (MFRB)

Yannick Vanderborght, professeur à l’Université Saint-Louis - Bruxelles et professeur invité à l’Université catholique de Louvain (Chaire Hoover d’éthique économique et sociale).

 

16h45 : Repenser l’État-Providence

Maya Bacache, professeure à Télécom Paristech et directrice de la chaire travail de l’École d’économie de Paris

Bruno Palier, directeur de recherche CNRS, co-directeur du LIEPP (Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques)

Diana Filippova, éditorialiste, écrivain, connector du think tank OuiShare

Martin Hirsch, directeur général de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, ancien président de l’Agence du service civique

Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiques

 

 17h30 : Conclusion

Daniel Cohen

 Contact : catherine.bluchetin@ens.fr

 

Mars 2017

CONFERENCE PLURIDISCIPLINAIRE

30 mars 2017

LE BONHEUR, UNE POLITIQUE?

Organisateurs: Daniel Cohen, Marc Crépon et Marc Porée 

12.30-13.15. Bonheur et bien-être: le cas français, par Elizabeth Beasley (Cepremap) et Claudia Senik (Cepremap et PSE).

Le Cepremap a lancé, en partenariat avec l’Insee, une nouvelle enquête sur le bien-être en France. Ce sera sa première présentation publique. Une enquête sur la nature et les causes du bonheur français. 

13.15-14.00. Administrer le bonheur par la loi, par Pierre Musitelli (LILA)

Des Meditazioni sulla felicità de Pietro Verri (1763) à Des délits et des peines de Cesare Beccaria (1764), « le plus grand bonheur du plus grand nombre » devient la formule décisive d’un programme de réforme politique et pénale. À l’occasion de la parution de l’ouvrage collectif Le bonheur du plus grand nombre. Beccaria et les Lumières (Lyon, ENS Éditions, 2017), nous reviendrons sur cette étape italienne de la pensée du bonheur comme fruit de l’« art » législatif, entre Hutcheson et Bentham.

14.00-14.45. Mal-être et vote extrême, par Yann Algan (Sciences po)

Une collaboration avec l’enquête électorale du Cevipof nous a permis d’analyser le rôle de la satisfaction dans la vie dans le vote FN. La perte de confiance dans les institutions est l’un des paramètres clés pour comprendre ce vote. Comment l’interpréter?

15.15-16.00. L’idée de bonheur, entre utilitarisme et pragmatisme, par Mathias Girel (département de philosophie).

Les pragmatistes américains, et en particulier John Dewey, ont défendu une théorie morale et politique portant le nom de « méliorisme », et qui place au centre non pas le calcul des plaisirs ou le respect de règles, mais l’épanouissement des facultés individuelles et le bonheur que permettent les institutions humaines. L’exposé montrera en quoi il y a là une réflexion originale sur le bonheur, une correction des analyses utilitaristes à ce sujet, et une vision nuancée du progrès.

16.00- 17.15. Les origines du bonheur : quand et comment intervenir pour promouvoir une vie heureuse, par Andrew Clark (PSE)

Une étude menée avec la LSE, à paraître chez Princeton University Press, a étudié les enjeux pour la politique économique de la prise en compte des indicateurs de bien-être disponibles. En quoi cette approche renouvelle-t-elle les prescriptions habituelles des économistes?

17.30- 19.30. Actualité critique (séminaire hebdomadaire ENS)

Restitution de la journée par Daniel Cohen, Marc Crépon et Marc Porée

Le film le bonheur d’Agnès Varda sera projeté le 4 avril par le ciné-club dans le contexte de la conférence pluridisciplinaire "le bonheur, une politique ?" du 30 mars.

 

 Divers

Camille Landais, ancien normalien, a reçu le prix du meilleur jeune économiste 2016. Plus d’informations...

Antoine Bozio, lauréat du prix 2017 du meilleur jeune économiste en savoir plus

Publications

 

 Ils sont philosophe, écrivain, neuropsychiatre, économiste, musicien, tous aventuriers dans leur domaine. À l’aune de leur spécialité, ils s’interrogent sur le bonheur sans jamais tomber dans les chaudrons des marchands d’illusions. Depuis les sagesses anciennes, le bonheur est la finalité ultime de la vie humaine. Cette quête est-elle une utopie ?Faut-il passer par l’action pour accéder à l’accomplissement suprême ? Pourquoi la bonne santé économique d’un pays n’est-elle pas corrélée au bonheur de sa population ?A-t-on besoin de héros pour vivre mieux à travers eux ? Nous aident-ils à transcender le quotidien et sa morosité ?Existe-t-il un bonheur esthétique ?La nature, la poésie, la littérature, la musique et l’art peuvent-ils nous aider à trouver un sens à notre vie ?Obsédée par le bonheur, notre société l’associe à un idéal de perfection. Mais n’est-ce pas plutôt dans nos imperfections que réside le secret de la joie ? Autant de questions et de voies sur le bonheur auxquelles les auteurs de ce petit manuel alerte et passionnant tentent de répondre.

 

 Philippe Askenazy parle de son nouveau livre ici

  Tous rentiers ! - Pour une autre répartition des richesses     Pour en savoir plus ...

 

Philippe Askenazy, Aida Caldera, Guillaume Gaulier et Delphine Irac. Les contraintes de financement sont souvent présentées par les entreprises comme des freins à l’export. Pourtant, les pouvoirs publics déploient de nombreux dispositifs d’accompagnement et d’aides financières aux entreprises...Les contraintes de financement pèsent-elles sur les exportations françaises ?

Gilles Saint-Paul " Les relations sociales favorisent la rigidité du marché ".
Pour en savoir plus...

 

Novembre 2016

 Chers collègues, chers étudiants,

  Nous devons vous informer avec une très grande tristesse que le professeur Gérard Marcou, qui avait été, depuis sa création, l’âme de la Prép’ENA et en avait porté avec une énergie inlassable le développement et le succès grandissant, a succombé à une crise cardiaque, survenue lors d’un cours qu’il donnait à l’Université du Rosario à Bogota.

 

 Atteint par l’âge de la retraite, il avait quitté la direction du CIPCEA et de la Prép’ENA à la fin du mois d’août dernier, mais s’apprêtait à poursuivre son importante activité de juriste, internationalement reconnue.

 

 Pour ceux qui ont eu la chance de le connaître ou de suivre ses cours, c’était un professeur très attentif à ses étudiants, très humain, convaincu de l’utilité des carrières publiques, toujours soucieux d’en faciliter l’accès aux profils les plus ouverts, les plus variés sur le plan social, et sur le plan des parcours et des disciplines.

 

 Nombreux sont les étudiantes et les étudiants qui ont bénéficié de son dévouement et de son action au cours des années écoulées, ainsi que les collègues, et amis, qui le regretteront.

  Géraldine Chavrier et Arnaud Teyssier, directeurs de la Prép’ENA

 et toute l’équipe administrative

 

Octobre 2016

Au nom du département d’économie de l’Ecole normale supérieure, je ne peux que m’associer pleinement aux déclarations de Pierre-Yves Geoffard, directeur de l’Ecole d’Economie de Paris et de Luc Behaghel, directeur de l’UMR PjSE (dont les liens figurent ci-dessous).

Un débat scientifique de qualité ne peut avoir lieu que dans le respect intransigeant de la communauté des chercheurs qui l’anime. Nous ne laisserons pas le buzz médiatique se substituer aux procédures de recrutement et d’évaluation du CNRS et de nos Écoles. 

A titre personnel je souhaite renouveler ici à Philippe Askenazy et Andre Orlean l’expression de toute mon amitié et de mon soutien dans la controverse indigne dont ils sont les victimes. 

Daniel Cohen

 Communiqué de Pierre-Yves Geoffard ici

Information de Luc Behaghel ici